pegasus-airlines-blue-sky-newdaynewstyle

Hello tout le monde, hello les travellers de week-end (ou de plus),

Aujourd’hui, je vous propose un article qui change de d’habitude, mais qui, j’espère, vous plaira quand même. Un petit article sur Istanbul, où j’ai passé un très beau week-end. Bon, mon week-end date du mois de mai (c’était pour mon anniversaire et j’ai été trop gâtée car j’ai un chéri super, mais ça c’est une autre histoire). Cela fait donc quelques mois, mais je n’avais pas pris le temps d’écrire cet article (shame on me, comme disait ma prof d’anglais au lycée/ou collège, je ne sais plus, c’est déjà trop loin dans ma mémoire !)… Et pourtant, je trouve ça intéressant de vous en parler, à vous, oui vous, qui cherchez où partir pour 3 jours, ou même peut être vous, qui avez déjà l’intention d’aller à Istanbul.

J’ai donc décidé de vous raconter ces journées passées à Istanbul et peut être vous donner quelques conseils utiles pour votre séjour.

Nous sommes partis le mercredi en fin d’après-midi (histoire d’avoir une journée entière le lendemain), et avons atterri à l’aéroport Sabiha Gökçen. Pour info, il y a deux aéroports à Istanbul : Atatürk (côté Europe) et Sabiha Gökçen (côté Asie) ; départ d’Orly = arrivée à Sabiha Gökçen , et départ de Roissy Charles de Gaulle = arrivée à Atatürk (et vice versa, ça marche pour le retour aussi). Pour une question pratique (je sortais du travail), nous avons décidé de décoller d’Orly, et atterrir côté rive asiatique ne nous posait pas de problème : nous n’allions rien faire de spécial pour la soirée, + la nuit ça roule bien et heureusement car l’aéroport est loinnnn du vieux Istanbul (où nous avions notre hôtel). Généralement, les hôtels proposent des transferts depuis l’aéroport, sinon vous pouvez toujours trouver des taxis à l’aéroport.

C’est parti pour raconter mes journées maintenant :

Day 1 : Le jeudi, nous avons visité la vieille ville, le quartier dans lequel était situé l’hôtel. Je pense vraiment qu’il faut prendre un hôtel situé dans ce quartier (ça reste mon avis) : attention généralement les offres groupées, ou les chaines d’hôtels/ hôtels luxueux sont situés loin du centre, et des quartiers touristiques –> bien regarder où se situe votre hôtel !).
Le quartier est donc rempli de choses à voir comme :
– la Basilique Sainte Sophie : c’est un musée, donc l’entrée est payante vous vous en doutez, après à vous de voir si vous voulez visiter l’intérieur ou non ;
– la Mosquée Bleue : l’intérieur est vraiment beau et ça vaut le détour (selon moi). Bien sûr, pour rentrer il faudra vous couvrir les cheveux (les filles, pas les garçons), et on vous prêtera aussi de quoi vous cacher les jambes si vous avez une tenue un peu trop « vacancière » on va dire… (filles et garçons!). J’avais prévu le coup pour la robe longue perso, car je savais que j’allais faire la visite ce jour-là. Et pour entrer dans la Mosquée, il faudra aussi retirer vos chaussures ! (Deux entrées : une entrée pour ceux qui viennent prier, et une entrée pour les touristes)
– le Grand Bazaar : ce grand marché est, bien sûr, à voir et c’est très sympa de se balader parmi tous ces marchands, un coin épices, un coin bijoux, un coin cuir… vous trouverez tout ! Mais pas la peine de se précipiter, vous trouverez plein de boutiques dans Istanbul et parfois les produits y seront moins chers, même si vous négociez 😉 Beaucoup de touristes = gonflement des prix (comme partout en fait). Après c’est sûr que les prix pourront ne pas être cher par rapport à ce qu’on peut voir en France, mais il peut y avoir encore moins cher quoi ! (J’avoue j’ai trouvé un sac le premier jour, puis lors de mon trajet pour aller visiter la Tour Galata, cf la suite de mon récit, j’ai trouvé une boutique où la femme vendait le même sac encore moins cher et elle m’a dit qu’ils avaient pas été sympas ! Les vauriens… mais bon ça reste une bonne affaire, je m’en suis remise depuis !) Bon après l’idéal c’est que vous trouverez tout ce que vous voulez au « même endroit » (entre guillemets car le Grand Bazaar s’étale beaucoup, même dans les rues ouvertes adjacentes). Bon il faut aussi savoir que les Turcs sont les rois de la contrefaçon de qualité, vraiment, alors sachez que tous ces beaux sacs ne sont pas des vrais même s’ils y ressemblent comme deux gouttes d’eau (vous vous en doutez), et même s’ils vous maintiennent que si, ce sont des vrais ! 🙂
Parc Gülhane : un grand et joli parc, qui mène au Palais Topkapi, maintenant transformé en musée. Nous nous sommes baladés à plusieurs reprises dans ce parc, puisque qu’il n’était pas loin de notre hôtel : très joli de jour comme de nuit, où il y a des fontaines illuminées.

sainte-sophie-istanbul-newdaynewstyle

blue-mosquee-istanbul-newdaynewstyle

topkapi-istanbul-newdaynewstyle

C’est un quartier très touristique, et les glaciers font donc le show. Vous en avez sûrement déjà entendu parler, ou vu une vidéo sans savoir que cela se passait en Turquie : les glaciers, dans un habit traditionnel, jouent avec le client avec leur technique si particulière (et énervante finalement quand on attend sa glace) de faire les glaces. Définitivement un spectacle à voir. Par contre, sachez bien que vous allez payer les glaces même si vous arrivez à attraper/croquer le cornet qu’on tend et vous enlève. Je préfère prévenir car lorsqu’on regardait l’animation d’un glacier, un touriste anglais n’a pas compris qu’il devrait payer la glace à la fin ! Mais que ça ne vous fasse pas peur si vous avez décidé de prendre une glace : après vous avoir rendu hystérique, ils finissent par vous la donner ! 😉

Le soir on a mangé dans un restaurant dans une rue en face de l’hôtel, ils sont habitués aux touristes et très sympas ! A savoir : certains restaurants dans ces quartiers touristiques gonflent les prix, et vous pouvez être sûrs qu’aucun turc n’ira y manger (trop cher pour ce que c’est). Cela reste, bien sûr, pas cher et bon, mais … ils en profitent (je pense à un restaurant dans lequel nous sommes entrés et avons regardé la carte avant de partir : c’est un restaurant de gözleme (une sorte de crêpe / pain farcie). Vous pouvez d’ailleurs voir les femmes qui pétrissent la pâte de façon traditionnelle à l’avant du magasin).
A tester : n’hésitez pas à goûter la cuisine traditionnelle, oui bien sûr les kebabs (qui n’ont rien à voir avec ceux qu’on trouve en France, et qui sont bons, parole d’une fille qui a mangé 4 kebabs dans sa vie dont un à Istanbul) mais surtout, la cuisson dans les pots en terre cuite. Et en plus, là encore les serveurs font le show : ils cassent le pot devant vous lors du service. C’est toujours sympa à voir !

Day 2 : Le vendredi, on a traversé le pont Galata (= on reste toujours sur le continent européen, j’ai eu du mal à comprendre quand on était en Europe et quand on ne l’était pas, mais ça y est c’est bon). On s’est promenés, et on a pris des rues, monté des côtes pour arriver à la Tour Galata (de vrais sportifs). Il y a la queue pour entrer, mais je trouve que ça vaut le coup : la tour a un toit panoramique et on a donc une vue à 360° sur Istanbul.

Puis on est redescendu mangé près du pont. C’était le repas le plus économique de notre week-end et pourtant on a mangé du poisson frais.

A tester : Ils cuisinent du poisson frais et le mettent dans du pain avec des oignons !  Faut aimer le poisson, c’est pas cher, et surtout ça cale.

Pour digérer, nous avons fait une croisière sur le détroit entre les deux rives. C’est joli, agréable, et on voit toutes les maisons des stars sur les bords des rives (bon, c’est pas le plus important me direz vous ahah, je suis d’accord), on voit d’autres constructions, tels qu’un palais et d’autres choses (j’avoue je ne me rappelle plus très bien, ça fait plusieurs mois).

En revenant, nous avons pris le plus vieux métro d’Istanbul, qui date d’il y a 140 ans et qui dure … une station (qu’on aurait pu faire à pieds.. mais on l’a pris car on s’est trompés de métro, et oui ça arrive dans une ville qu’on connaît pas. N’empêche que si « on » m’avait écouté, on aurait pas fait comme ça, mais bon !). Nous avons tout de même fini par arriver là où nous voulions : dans le quartier de Taskim. C’est un quartier animé avec plein de magasins (c’est là que se trouvent les chaînes de magasins) et aussi plein de bars sympas pour boire un verre, goûter, faire une pause (ou pour le soir). C’est aussi là que ça se passe quand il y a des manifestations ou autres. Nous avons donc croisé des flics et des camions criblés de balles ou caillassés, mais bon pas d’inquiétude ils sont juste la pour intervenir s’il y a un problème (un peu comme nos militaires dans les gares) (rassurant au final).

view-galata-tower-istanbul-newdaynewstyle

Il est temps de sortir après ces deux jours de promenades et visites ! Nous nous sommes donc mis sur notre 31 pour aller diner. Et où ? Sur l’ile du Suada Club : pour y accéder, il faut prendre le bateau navette. Au Suada Club se trouvent une piscine, des bars, un restaurant (et un distributeur de billets les malins ;)). C’était le soir, donc pas de piscine, et ce n’était pas l’objectif de toute manière. Mais l’autre gros atout et intérêt d’aller sur cet île est qu’elle offre une vue magnifique sur les deux rives et le pont Galata. Et le soir, j’ai vraiment trouvé ça magnifique avec toutes les lumières. Nous avons donc mangé dans le restaurant, il faut casser sa tirelire (par rapport à tous les autres restaurants d’Istanbul) puisque c’est de la cuisine gastronomique (pas sûr que ça soit considéré comme telle, mais c’est assez cher, et le remplissage de l’assiette est le même !). Il faut tout d’abord choisir son poisson frais, qui est ensuite pesé puis cuisiné. Au choix également : la manière de le cuisiner (grill, en sauce etc.). Nous avons pris des salades pour accompagner, et nous avons bien fait ! C’était tout de même très bon, et ça n’arrive pas tous les jours d’être à Istanbul. Les gens qui fréquentent ce restaurant là bas sont plutôt des gens aisés… et pour celles et ceux qui s’intéressent au foot : l’ile appartient en fait au club du Galatasaray.

Et comme on était en mode BG, on est sortis dans un club : le Reina Club. C’est un club en plein air et il offre également une vue magnifique puisqu’il est situé au pied du Pont Galata. Niveau tarifs : c’est pareil qu’en France, environ 30€ l’entrée + 1 conso. C’est cher pour là bas, alors on y trouve la jeunesse dorée d’Istanbul ou des cadres, et des touristes. La musique est pas mal, et j’insiste sur… la vue. J’ai vraiment passé une soirée au top !

Pour rentrer, que ce soit de l’ile Suada ou du Reina, je vous conseille de demander au personnel d’appeler un taxi pour vous. Histoire de ne pas vous faire arnaquer 😉 Nous avons marché entre le Suada Club et le Reina, et en talons c’est un peu long, surtout sur le trottoir pavé ! En taxi, je pense que ça ne revient vraiment pas cher.

 istanbul-night-suada-club-newdaynewstyle

Day 3 : Déjà samedi ! Retour dans le quartier historique avec la visite de la Citerne Basilique qui date de centaines d’années. C’est idéal quand il fait chaud dehors, puisqu’il y fait frais et ça fait du bien. Dans cette citerne se trouvent des grandes colonnes, dont certaines sont décorées de dorures, mais aussi deux colonnes dont le pied est sculpté en visage. Ces deux colonnes sont posées sur la tête, sur les cheveux (le visage est à l’envers). Enfin, il y a aussi la colonne de la méduse : dans cette colonne, il y a un trou dans lequel il faut (en théorie hein, c’est pas obligé) mettre son pouce et si l’on réussit à faire un tour complet, tout en touchant la colonne sans que les doigts se décollent, le vœux est exaucé ! Bon, nous n’avons pas mis nos doigts dedans : tout le monde met ses doigts et c’est tout humide, ça nous tentait pas trop (sûrement notre côté peur des microbes) !

Après ça on a pris le bateau pour aller du côté de la rive asiatique cette fois-ci ! Elle est moins touristique, il n’y a pas de choses à voir en particulier. Nous nous sommes promenés, pour nous rendre au stade de foot du Fenerbahce. Mais pour y aller… nous sommes passés près d’un canal, et c’était vraiment pas le moment le plus cool de ce week-end pour moi, mais un bon fou rire pour mon chéri car apparemment j’étais super drôle, mais l’odeur était horrible … c’était les égouts à ciel ouvert. Je sais que je vous vends pas la rive asiatique en disant ça, mais autant que vous soyez prévenus si vous allez par là. Puis, nous avons fini par arriver au stade de foot de l’équipe du Fenerbahce (il y a plusieurs clubs de foot à Istanbul, dont le grand rival du Fener, qui est le Galatasaray – un peu comme un PSG – OM mais en pire). Nous avons visiter le mini musée, entrer dans le stade et trainer dans la boutique. Bien sûr, si vous n’êtes pas très foot pas grand intérêt à y aller, mais bon ça fait une promenade et sur la rive asiatique y’a pas moult de choses à voir (je sais je l’ai déjà dit mais bon).
Puis nous sommes gentiment rentrés, et le soir on a mangé dans le restaurant juste en face de l’hôtel : c’est là que nous avons mangé la viande cuite dans un pot en terre cuite.

traditional-food-turkey-newdaynewstyle

Day 4 : Et voilà, c’était déjà dimanche, le week-end est passé à une vitesse folle. Nous nous sommes promenés dans la vieille ville puis direction l’aéroport. Pour le retour, nous sommes partis d’Atatürk : pas très envie de faire le trajet jusqu’à l’autre bout d’Istanbul et en plus en journée (journée = + de circulation que la nuit, pas besoin d’être stressés).

A savoir pour les transports : vous pouvez faire beaucoup de choses à pieds, mais si vous n’êtes pas trop marcheurs vous pouvez utilisez les transports. Le réseau est très développé : tram, métro, la ville est bien desservie.
Conseil 1 : il vaut mieux prendre la carte de transports, que d’acheter ces billets un par un (je n’ai plus les tarifs en tête, mais je me rappelle que nous nous sommes dit que ça valait largement le coup et que c’était rentabilisé rapidement).
Conseil 2 : si vous prenez un taxi, si possible les faire demander à votre hôtel ou autre, ou l’accoster dans la rue, ou allez dans une station de taxi mais il faut vraiment éviter les taxis dont le chauffeur est debout à côté et n’attend que les touristes = ce sont des arnaqueurs (parole d’un honnête chauffeur de taxi), et surtout bien vérifier le compteur –> qu’il ne soit mis en route que lorsque vous montez (lorsqu’un taxi est appelé il y a, comme en France, des frais de déplacements, mais ils ne sont pas élevés).

view-istanbul-street-newdaynewstyle

Voilà, je pense vous avoir dit tout ce que j’ai retenu de ce week-end à Istanbul. C’est une jolie ville, et nous avons eu la chance d’avoir beau temps tous les jours (plus sympa pour se promener !) Il y a d’autres choses à faire, vous pouvez prendre des bateaux qui vous emmèneront sur des petites îles, ou à d’autres endroits de la rive asiatique. Bref, beaucoup d’activités à faire alors n’hésitez pas à planifier votre week-end (bon, nous c’est pas notre genre, mais c’est pas mal non plus de s’organiser à l’avance).

J’espère que cet article vous aura plu et vous sera utile !

istanbul-street-newdaynewstyle

Je vais vous partager plus de photos tout au long de la semaine sur mes différents réseaux sociaux (c’est du teasing de pro ça, non ? bon dommage) : Facebook , Instagram , Twitter.